Les logiciels d'E.A.O.-V.B.R.

Avertissement

Attention les logiciels VBR dont on parle ici sont les logiciels d'Enseignement Assisté par Ordinateur (E.A.O.) développés au départ des idées et des principes méthodologiques de Robert Rivière. Il faut donc comprendre ici Vocabulaire Base Rivière et non un autre VBR tout aussi informatique mais qui n'a strictement aucun rapport. Je parlerai donc pour éviter toute confusion du logiciel d'E.A.O.-V.B.R. à savoir du logiciel d'enseignement assisté par ordinateur vocabulaire de base Rivière. Cette mise au point étant faite, passons à la suite.

Le logiciel d'E.A.O.-V.B.R.  a connu deux avatars (allusion aux avatars, incarnations du dieu Vishnou), ne comprenez pas s'il vous plait "péripéties" même si une aventure informatique et de recherche reste toujours une histoire pleine de rebondissements, c'est le propre de la recherche scientifique. Ces formes, écritures que pris le logiciel ont toutes contribués à l'avancement des recherches de mon père mais force est de constater qu'à un moment donné lui et moi avons butté sur un obstacle. Lequel ?

E.A.O.-V.B.R. rencontre un obstacle

Dans mes cours sur la gestion des conflits, je vois avec mes étudiants des notions sur la résolution de problèmes. E.A.O.-V.B.R. étant destiné à répondre à des besoins d'un public, il n'allait bien évidemment pas échapper à ce genre de difficultés et combiner celles de deux terrains : D'uncôté, celui de l'enseignement et de la société, de l'autre, celui de la programmation.
Côté enseignement et société, ce sont les mêmes difficultés que mon père rencontraient habituellement sur le terrain auxquelles il a fallu faire face : Des habitudes, des pratiques antédiluviennes, des stéréotypes et préjugés sur l'enseignement de l'orthographe, ... . Je n'y reviens pas ici.
Je vais m'intéresser au deuxième terrain, celui de la programmation.
Il fallait une personne ressource pour encoder puis faire réaliser par la machine ce que mon père faisait habituellement et conserver ainsi son savoir-faire.
Après la disparition des écrans relationnels du deuxième programmeur, j'ai cherché avec mon père un programmeur et chaque fois, nous avons butté sur un obstacle qui pouvait prendre deux formes : Soit le logiciel à réaliser était trop simple soit il devenait trop complexe.
Cela peut sembler incohérent, je tente de vous expliquer.

C'est trop simple !

Pour programmer, il faut un programmeur et programmer ce n'est pas gratuit.
Le plus facile est donc de conclure un deal. Trouver un étudiant qui va développer le programme dans le cadre d'un travail de fin d'étude. C'est ce qui s'était passé pour la deuxième forme d'E.A.O.-V.B.R.. Mais dans le cadre d'un TFE, l'étudiant doit montrer ses compétences de programmeur. Or, chaque fois que nous expliquions les grand principes du programme tombait la même analyse. Le programme à réaliser est trop simple et ne prouvera pas les compétences de l'étudiant. Puisque les textes sont faits et qu'il n'y a qu'une routine de programmation qui branche vers les remédiations, le reste n'est que de l'encodage de dactylographe !

C'est trop complexe !

Expliquer l'obstacle du trop complexe va être plus compliqué et peut-être plus nébuleux.
Il faudrait pour rendre l'objet intéressant développer une forme d'intelligence artificielle qui prendrait les productions de l'élève ou lui proposerait des textes lacunaires encodés par l'enseignant. Puis, il faudrait que ces documents soit analysés par le programme qui reprenant le vocabulaire de base modifierait le texte et le mettrait sur un niveau accessible aux compétences de l'élèves. Sur base des erreurs de l'élève, des remédiations lui seraient proposées avec des circuits facilitateurs. Et la, évidemment, cela commence à dépasser les compétences d'un programmeur, il faut adjoindre d'autres spécialistes de la langue française branchés sur les mêmes conceptions que mon père. On ne les a pas trouvé et aujourd'hui mon père n'est plus la. En y repensant, l'obstacle était peut-être dans sa tête ?

La balle est dans votre camps ...

Personnellement, je n'ai pas les compétences du professeur de français (Regardez mes coquilles sur ce site et vous aurez vite compris), je n'ai pas la formation du linguiste, je ne suis qu'un simple chercheur amateur dans le domaine de la psychologie et de la pédagogie. Mes compétences de programmeur sont limitées et dépassées donc je ne suis pas en mesure de reprendre correctement le flambeau. Tout ce que je peux faire, c'est le transmettre et guider le travail dans ses grandes lignes. C'est vous qui lisez ces lignes qui êtes peut-être en mesure d'accomplir l'exploit et de franchir l'obstacle soit dans la voie de la simplicité soit dans la voie de la complexité.
Je mets ici à votre disposition mon mémoire sur le premier logiciel développé (EAO-VBR commodore 64) ainsi que ce que mon père avait laissé à disposition en son temps lorsque son deuxième logiciel déjà dépassé devait tourner sous émulateur (EAO-VBR sous DOS PC). 

A vous de jouer !

Inutile de m'envoyer des propositions, style arnaque financière. Je ne mettrai pas un centime dans la programmation et je n'en attends pas non plus le moindre argent. Tout ce que je demande, c'est de respecter la paternité (c'est le cas de le dire) ou mentionner les contributions de l'oeuvre de mon père à votre travail.
Bon courage.

Pascal RIVIERE

Made with Pingendo Free  Pingendo logo